The Africa Digital Rights Fund / Le Fonds Africain pour les Droits Numériques

The Africa Digital Rights FundAbout the Fund The Africa Digital Rights Fund (ADRF) offers flexible and rapid response grants to select initiatives in Africa to implement activities that advance digital rights, including advocacy, litigation, research, policy analysis, digital literacy and digital security skills building.

Round two of the ADRF seeks to support initiatives in various thematic areas, including but not limited to the following:

  • Access and affordability
  • Access to Information
  • Cybercrime
  • Data protection and privacy
  • Digital economy
  • Digital Identity (ID)
  • Digital security
  • Diversity and inclusion
  • eGovernance
  • Freedom of expression
  • Hate speech
  • Innovation for democratic participation, transparency and accountability (civic and social tech)
  • Misinformation/Disinformation
  • Network disruptions
  • Strategic litigation
  • Surveillance

Preference will be given to initiatives with aspects of the above and the impact on marginalised/vulnerable populations including youth, women, sexual minorities, persons with disability (PWDs) and refugees. Grant amounts range between US$ 1,000 and US$ 20,000, depending on the need and scope of the proposed intervention. The grant period will not exceed 10 months. It is anticipated that around 15 grants will be awarded in this round.

Why the Fund Digital rights are increasingly under threat in Africa, yet few organisations are working to defend and promote these rights. Moreover, many organisations active in this area face limitations of reach, skills, resources, and consistency in engagement in digital rights work. With a quarter of the continent’s people using the internet and with 76 mobile phone connection for every 100 individuals in Africa, Information and Communications Technology (ICT) has become pivotal to improving livelihoods and promoting human rights. However, rising digital rights violations such as arrests and intimidation of internet users, network shutdowns, and a proliferation of laws and regulations that hamper internet access and affordability, undermine the potential of digital technologies to catalyse free expression and civic participation or to drive innovation.

It is crucial therefore to grow the number of organisations that are working to advance digital rights. This necessitates supporting established and emerging digital rights organisations, many of whom find it difficult to sustain their work as they face state repression, stagnant or declining funding, and capacity challenges. The ADRF thus benefits small organisations, including those that do not qualify for support from most funders for lack of registration and institutional capacity to develop applications and manage big projects. The Fund also benefits organisations and initiatives that need rapid response support to respond swiftly to emerging issues that can not wait for many funders’ lengthy application procedures.

The Fund encourages partnerships between actors, to leverage their collective proficiencies and develop a wide network of active, regionally-based digital rights actors.

General Guidelines Geographical Coverage Round two of ADRF is open to organisations based and/or operational in Africa and with interventions covering any country on the continent.

Size of Grants Grant size in round two shall range from US$1,000 to US$20,000. Cost sharing is strongly encouraged.

Eligible Activities The activities that are eligible for funding are those that protect and advance digital rights. These may include but are not limited to research, advocacy, policy analysis, litigation, digital literacy and digital security skills building, and participating in digital rights legal and legislative processes.

Duration The grant funding shall be for a period not exceeding 10 months.

Eligibility Requirements

  • The Fund is open to organisations and coalitions working to advance digital rights in Africa. This includes but is not limited to human rights defenders, media, activists, think tanks, legal aid groups, and tech hubs. Entities working on women’s rights, or with youths, sexual minorities, refugees, and persons with disabilities are strongly encouraged to apply.
  • The initiatives to be funded will preferably have formal registration in an African country, but in some circumstances organisations and coalitions that do not have formal registration may be considered. Such organisations need to show evidence that they are operational in a particular African country or countries.
  • The activities to be funded must be in/on an African country or countries.

Ineligible Activities

  • The Fund shall not fund any activity that does not directly advance digital rights.
  • The Fund will not support travel to attend conferences or workshops, except in exceptional circumstances where such travel is directly linked to an activity that is eligible.
  • Reimbursements for costs that have already been incurred.
  • The Fund shall not provide scholarships.
  • Fund recipients are excluded from receiving more than one grant at a time.

Administration The Fund is administered by the Collaboration on International ICT Policy for East and Southern Africa (CIPESA). An internal and external panel of experts will make decisions on beneficiaries based on the following criteria:

  • If the proposed intervention fits within the Fund’s digital rights priorities.
  • The relevance to the given context/country.
  • Commitment and experience of the applicant in advancing digital rights.
  • Potential impact of the intervention on digital rights policies or practices.

Round 2: Apply for the Africa Digital Rights Fund (OPEN)

Round 1: Apply for the Africa Digital Rights Fund (CLOSED)


The Africa Digital Rights Fund

Le Fonds Africain pour les Droits Numériques

Lignes directrices pour le second round

À propos du Fonds

Le Fonds Africain pour les Droits Numériques (FADN) offre des subventions flexibles et à réponse rapide à certaines initiatives africaines qui mettent en œuvre des activités de promotion des droits numériques, notamment le plaidoyer, les procédures judiciaires, la recherche, l'analyse de politiques, l'alphabétisation numérique et le renforcement des compétences en sécurité numérique.

Le deuxième round du FADN vise à soutenir des initiatives dans divers domaines thématiques, notamment:

  • Rendre Internet Accessible et abordable Accès à l'information
  • Cybercriminalité
  • Protection de données et de la vie privée
  • Economie numérique
  • Identité numérique (ID)
  • Sécurité numérique
  • Diversité et inclusion
  • E-gouvernance
  • Liberté d'expression
  • Discours de haine
  • Innovation pour la participation démocratique, la transparence et la responsabilité (technologie civique et sociale)
  • Désinformation / Propagation de fausses nouvelles
  • Perturbations du réseau
  • Procédure judiciaire stratégique
  • Surveillance

La préférence sera accordée aux initiatives en rapport avec les aspects cités ci-haut et ayant un impact sur les populations marginalisées / vulnérables, notamment les jeunes, les femmes, les minorités sexuelles, les personnes handicapées et les réfugiés.

Le montant des subventions varie entre 1 000 et 20 000 $USD, selon les besoins et la portée de l’intervention proposée. La période de subvention ne dépassera pas 10 mois. Il est prévu qu'environ 15 subventions seront attribuées au cours de cette phase.

Pourquoi le fonds

Les droits numériques sont de plus en plus menacés en Afrique, mais peu d'organisations s'emploient à les défendre et à les promouvoir. En outre, de nombreuses organisations actives dans ce domaine font face à des limitations en termes de portée, de compétences, de ressources et de cohérence dans leur engagement dans le travail sur les droits numériques. Avec un quart de la population du continent utilisant Internet et 76 abonnés au service de téléphonie mobile pour 100 personnes en Afrique, les technologies de l’information et de la communication (TIC) sont devenues essentielles à l’amélioration des moyens de subsistance et à la promotion des droits humains. Cependant, les violations des droits numériques telles que les arrestations et l'intimidation des utilisateurs d'Internet, les coupures de réseaux et la prolifération de lois et de réglementations qui entravent l'accès à Internet et son accessibilité financière, réduisent le potentiel des technologies numériques à catalyser la liberté d'expression et la participation citoyenne ou à stimuler l’innovation.

Il est donc crucial d’accroître le nombre d’organisations qui travaillent en faveur des droits numériques. Pour cela, il est crucial d'apporter un soutien aux organisations de défense des droits numériques établies et émergentes, dont la plupart éprouvent des difficultés à poursuivre leur travail face à la répression étatique, à la stagnation ou au déclin du financement, et à des manques de compétences requises. Le FADN profite donc aux petites organisations, y compris à celles qui ne sont pas éligibles aux subventions de la plupart des bailleurs de fonds faute de certificat de reconnaissance officielle, et de capacités institutionnelles leur permettant de postuler aux offres de financement et de gérer de grands projets. Le Fonds profite également aux organisations et aux initiatives qui nécessitent un soutien rapide pour réagir promptement aux problèmes émergents qui ne peuvent attendre de longues procédures de demande de financement.

Le Fonds encourage les partenariats entre acteurs afin de partager leurs compétences respectives et de développer un vaste réseau d’acteurs actifs dans le domaine des droits numériques au niveau régional.

Directives générales

Couverture géographique

Le second round du FADN est ouvert aux organisations basées et / ou opérationnelles en Afrique et avec des interventions couvrant n’importe quel pays du continent.

Taille des subventions

Le montant de la subvention au second round sera compris entre 1 000 $USD et 20 000 $USD. L'apport de sources financières provenant des organisations demandeuses est fortement encouragé.

Activités éligibles

Les activités éligibles au financement sont celles qui protègent et font progresser les droits numériques. Celles-ci peuvent inclure entre autres, la recherche, le plaidoyer, l'analyse de politiques, les procédures judiciaires, l'alphabétisation numérique et le renforcement des compétences en sécurité numérique, et la participation aux processus de mise en place de lois relatives aux droits numériques.

Durée

Le financement de la subvention ne doit pas dépasser 10 mois.

Conditions requises pour être éligible

  • Le Fonds est ouvert aux organisations et coalitions œuvrant pour la promotion des droits numériques en Afrique. Cela inclut, entre autres, les défenseurs des droits de l'homme, les médias, les activistes, les groupes de réflexion, les groupes d'aide juridique et les pôles technologiques. Les entités œuvrant dans le domaine des droits des femmes ou celles travaillant avec les jeunes, les minorités sexuelles, les réfugiés et les personnes handicapées sont vivement encouragées à postuler.
  • La préférence sera accordée aux initiatives provenant d'organisations disposant de reconnaissance officielle dans un pays africain. Cependant, les organisations et les coalitions qui ne sont pas officiellement enregistrées peuvent être considérées dans certaines circonstances. Ces organisations doivent prouver qu’elles sont opérationnelles dans un ou plusieurs pays africains.
  • Les activités à financer doivent être menées dans un pays africain.

Activités non éligibles

  • Le Fonds ne financera aucune activité qui ne fasse pas directement avancer les droits numériques.
  • Le Fonds n'appuiera pas les voyages pour assister à des conférences ou à des ateliers, sauf dans des circonstances exceptionnelles, lorsque ces voyages sont directement liés à une activité admissible.
  • Remboursement des coûts déjà engagés.
  • Le Fonds ne fournira pas de bourses.
  • Les bénéficiaires de fonds ne peuvent recevoir plus d'une subvention à la fois.

Administration

Le Fonds est administré par CIPESA (the Collaboration on International ICT Policy for East and Southern Africa). Un groupe d'experts internes et externes décidera des bénéficiaires en fonction des critères suivants:

  • Si l’intervention proposée s’inscrit dans les priorités du Fonds en matière de droits numériques.
  • La pertinence par rapport au contexte / pays considéré.
  • Engagement et expérience du demandeur dans la promotion des droits numériques.
  • Impact potentiel de l’intervention sur les politiques ou pratiques relatives aux droits numériques.

Appliquer maintenant